NEWS

5 février 2024

Guide complet sur les systèmes de phytoépuration: ce qu’ils sont et comment ils fonctionnent

impianti di fitodepurazione per acque reflue

La sensibilisation croissante à l’environnement a conduit à une plus grande attention aux solutions durables dans le traitement des eaux usées. En effet, dans les stations d’épuration des eaux usées traditionnelles, un déséquilibre se produit dans le cycle de l’eau : on prélève de l’eau d’un réservoir pour l’injecter dans un autre. L’impact sur l’environnement peut donc être considérable, en raison de la consommation d’énergie élevée, l’utilisation de produits chimiques, et une production élevée de boues.

Dans ce contexte, la phytoépuration s’est développée comme un système d’épuration des eaux usées innovant et écologique. Conçu pour reproduire de manière artificielle les processus autoépurants présents dans les environnements humides, il épure les eaux usées sortant des fosses biologiques ou des fosses imhoff en utilisant l’action des plantes et des micro-organismes.

Di Camillo Serbatoi, du haut de ses décennies d’expérience dans le traitement des eaux usées, vend non seulement les composants individuels : les connaissances de notre personnel technique permettent en effet de réaliser des installations complètes et sur mesure, pour tous les besoins de purification et de phytoépuration des eaux usées.

Qu’est-ce que la phytoépuration ? Avantages, principes fondamentaux et fonctionnement

La phytoépuration est un processus entièrement naturel, qui exploite la capacité de certaines plantes aquatiques telles que les tife, les roseaux et les joncs à éliminer les polluants des eaux usées domestiques, industrielles ou agricoles. En effet, ces plantes réussissent à métaboliser les contaminants présents dans l’eau en les transformant en nourriture, en laissant l’eau de procédé propre au point de pouvoir être déchargée en cours d’eau, sous irrigation, ou directement sur le sol.

Les usines de phyto-puration sont généralement insérées en aval d’un traitement primaire d’épuration (ou de prétraitement), tel qu’un dégraisseur ou une cuve imhoff. C’est donc une solution incroyablement efficace dans les zones résidentielles isolées et non raccordées aux égouts, mais en général, la phytoépuration est une approche écologique du traitement des eaux usées. En effet, la phytodéshydratation réduit l’impact environnemental et nécessite des coûts d’exploitation et d’entretien réduits, en s’intégrant dans l’environnement et en améliorant le paysage.

Dans un premier temps, l’eau contaminée traverse un lit de sol perméable, ce qui assure une bonne circulation de l’eau. À titre indicatif, les plateaux de phytopuration doivent être remplis par le bas d’une couche de sol végétal, puis d’un tissu non tissé, et de 10 à 20 cm de gravier. La couche supérieure doit être composée de cailloux ou d’argile expansée, ou encore de 15 à 20 cm de gravier lavé.

De cette façon, le sol agit comme un filtre naturel, en retenant les particules solides, et en facilitant le passage de l’eau à travers les racines et le substrat. Un environnement idéal est ainsi créé pour la croissance des bactéries et des micro-organismes qui contribuent à la dégradation des substances organiques nocives.

Les racines des plantes sélectionnées absorbent les contaminants en suspension dans l’eau, qui peuvent inclure des nutriments en excès, mais aussi des métaux lourds et des composés organiques. Mais ils favorisent également la circulation de l’air, en maintenant des conditions aérobies essentielles au métabolisme microbien.

Installations de phytoépuration : composants, schéma de l’appareil et dimensionnement

Pour les installations de phytopuration, Di Camillo Serbatoi réalise et revend tous les composants clés, des cuves de traitement au système d’irrigation. Les installations pour la phytoépuration sont réalisées à travers une série de plateaux rectangulaires imperméables, équipés de tuyaux d’entrée et de sortie de 125 mm, avec joint en caoutchouc.

L’installation standard prévoit une sédimentation primaire à travers la fosse imhoff, ou fosse septique, puis une cuve à paroi unique en polyéthylène monobloc. L’installation est donc équipée d’une série de puits de raccordement, réalisés pour recueillir les effluents traités des plantes dans les différents plateaux, et procéder à l’épuration secondaire des eaux usées ou au rejet des eaux superficielles.

Les installations de déshydratation sont dimensionnées en fonction du nombre d’habitants, et en fonction du rejet final des eaux, si celles-ci sont dispersées, réinjectées dans le sol, ou dans un procédé appelé évapotranspiration, qui implique la recirculation des eaux usées. Le schéma de dispositif des installations reste le même, en prévoyant (le cas échéant) dégraissant, imhoff, plateau phyto-puration.

Ce qui change, c’est le nombre de plateaux. Dans le cas d’une fuite de sol, la station d’épuration doit prendre en compte 2,5m2 par habitant équivalent, il suffit donc d’un plateau pour deux habitants. En cas de déversement sur le sol, chaque habitant a besoin de 5 m2, doublant le nombre de plateaux nécessaires, un par personne.

Pour vos installations de traitement des eaux usées et vos installations de phyto-puration, veuillez donc vous adresser à Di Camillo Serbatoi. L’expérience plus que décennale des techniciens de Di Camillo Serbatoi vous aidera à choisir l’installation sur mesure pour toutes vos exigences de purification, et vous assurera des composants de très haute qualité testés, et accompagnées de toutes les certifications nécessaires pour votre région de résidence.